navigation

Histoire d’Adèle, chapitre n°1 13 juillet 2015

Posté par maelie6027 dans : pas de loup sans meute , ajouter un commentaire

Je m’appelle Anna. J’ai 18 ans et je suis accompagnée de mes trois copines : Jade, Carla et Lola. On est en stage pendant deux ans à Hollywood, la ville des stars!!

Bon, passons aux aveux! Lola a disparu et je suis à sa recherche depuis trois jours mais en vain, je ne la trouve pas! Je m’inquiète énormément pour elle, vous savez? Ce n’est pas son genre de disparaitre comme ça, sans prévenir.Je ne dis pas qu’elle est plus importante que Carla ou Jade mais c’est ma meilleure amie quand même, et elle a disparu!!

-Ha, au secours! Haaaaa…

C’était la voix de Carla! Vite, courons voir ce qui ce passe! Je courais tellement vite que j’en perdais mes boucles d’oreilles, mes bracelets, mes vêtements s’accrochaient aux ronces mais je n’avais qu’un seul but en tête, sauver Carla et puis si elle ça veut dire que Lola ne doit pas être très loin. Dans l’élan, je n’ai pas vu une substance devant moi, je trébuche et je me rend compte que la chose sur laquelle je venais de trébucher n’était pas une substance mais une petite créature qui ne cessait pas de changer de couleur. Elle était mignonne mais je ne pu m’empêcher de pousser un cri de terreur, elle s »enfuit en courant! Je la suivie jusqu’à une vieille maison délabrée puis elle repartit dans un buisson .

Plus j’avançais dans dans ce couloir lugubre, plus j’avais l’impression que l’on m’épiait. On avait l’impression que tous les tableaux sombres accrochés au mur me regardaient… Ces longues minutes me parurent des années avant que je débouche enfin dans une pièce et au milieu se tenait Carla, allongée sur un sur un lit, les pieds, les mains et les cuisses attachés par de grosses lanières en cuir. Sa bouche était scotchée. Je ne savais pas quoi faire puis je me souvint qu’il me restait mon couteau suisse de secours que je gardais toujours sur moi. Je m’empressais de la détacher jusqu’au moment où je me rendis    compte qu’elle avait une marque de morsure dans le cou et des crocs acérés, je recule d’un pas puis continu mon travail. une fois détachée, elle ouvrit les yeux et là, devant moi ne se tenait pas Carla mais une fille avec des crocs et des yeux enflammés tellement pleins de haine et de souffrance que je perdis l’équilibre et  retombit les quatre fers en l’air. je me dépêche de me relever mais cette fois ci, des poils commençaient à lui pousser de partout et lui déchiraient ses vêtements.Je cru que ma dernière heure venait de sonner…

C’est une histoire crée par Adèle Couturier que j’ai un peu améliorée.

Le journal d’une héroïne n°7 28 juin 2015

Posté par maelie6027 dans : Journal d'une héroine , ajouter un commentaire

-Jeanne !!Tu étais au courant de tout ça ?

Elle me lança un regard interrogateur.

-       De quoi tu parles ?

Bon je me doutais un peu qu’elle n’était pas impliquée dans cette affaire mais si je voulais faire ce que ma mère m’avait dit de faire il fallait que je l’emmène, c’est ma meilleure amie quand même  il faut lui expliquer :

-       Jeanne, il faut que je te dise quelque chose…

-       Oui quoi ?

-       J’ai reçu une lettre de ma mère… elle me dit qu’elle est au Congo…et je lui ai tout expliqué en détails.

-       Et tu comtes partir ?

-       Oui et je me demandais si…

-       Oui, oui bien sur que je veux venir avec toi, quelle question !!!

A ce moment là je fus plus soulagée que surprise mais il fallait qu’un garçon nous accompagne parce qu’on a aucune force même a deux.

J’ai commencé à penser à Antoine puis je me suis demandé si je ne devais pas plutôt emmener William mais soudain, tante Brigitte nous appela :

-       Mes petits chéris, votre mère est partie pour une affaire urgente donc je la remplacerais ! Venez, c’est l’heure de manger, je vous ai préparé de très bonnes choses !

Je lançais un dernier regard désespéré a Jeanne puis je partis me laver les mains tandis qu’elle, commençait a préparer sa valise…

Tante Brigitte nous avait préparé…des épinards avec de la crème anglaise en plat puis un coulis de pomme de terre en dessert, personne n’a aimé, même elle faisait une drôle de grimace mais bon, ça lui apprendra a ne savoir ni cuisiner ni dessiner ni chanter ni danser ni ranger et j’en passe. Bon, après le repas je suis allée moi aussi faire ma valise  et quand tout fut prêt, nous sommes allées voir William. Quand on le vit, il avait l’air joyeux et je le trouvais de plus en plus craquant !!! Dès qu’il nous a vu, il s’est précipité vers nous et a commencé  a nous expliquer sa journée, un vrai massacre pour les oreilles !

Après ça, nous lui avons tout expliqué.

-Mais c’est pas possible, c’est incroyable!!

-Quoi? lui demandais-je intruguée.

-Bah tu vois, mes parents m’ont abandonné lorsque j’avais trois ans et quelques années plus tard, je reçois une lettre disant que je n’avais pas été abandonné et que mes parents et ma soeur, oui je ne savais pas que j’en avais une;se trouvaient quelque par dans le monde et qu’il fallait que je les retrouves. C’est alors là qu’a commencé mon aventure jusqu’à eux, je ne les ai jamais trouvé… Mais maintenant, je me rends compte que je ne suis pas le seul à avoir une histoire bizarre et je me rends compte, ouai juste là, maintenant que tu viens de m’inviter à vivre une deuxième aventure avec toi!!!Je suis sincèrement désolé mais, à présent, l’aventure c’est fini pour moi. J’ai trouvé ma vrai place, ma vrai maison et c’est ici.

 

Le Journal d’une Héroine N°6 20 février 2015

Posté par maelie6027 dans : Journal d'une héroine , ajouter un commentaire

Bon je n’ai pas trop envie de vous écrire sa vie car :

1)   c’est MON journal

2)   Sa vie n’est pas intéressante !

Bon ce matin donc je me suis rendu compte qu’une lettre était posée sur ma table de nuit ! Je l’ouvris et voilà ce qu’il y avait écrit (j’ai essayé d’imiter l’écriture) :

Ma chère Léa, je t’écris depuis le Congo, je sais que ça t’étonne mais je vais t’avouer un secret. Tu as un autre frère mais il ne te connaît pas et toi non plus car le jour de ta naissance, tu devais naitre seule mais il y eu un autre enfant que j’ai nommé William. Mais trois semaines après votre naissance il a disparu, je sais que c’est dur pour toi mais ce fut très dur de te cacher pendant toutes ces années ce secret horrible mais j’y ai été obligée parce que j’avais trop peur de te perdre toi aussi. Je suis partie jusqu’au Congo pour m’éloigner de toi car j’ai moi aussi reçu une lettre et j’ai compris que toute la Terre repose sur tes épaules. Tu dois réussir ce que ton frère n’a pas réussi mais je crois que ce sera la dernière lettre que je t’envoie.

Adieu !

Ta mère

J’étais pétrifiée, tout ça, annoncé dans une lettre ! Je vous jure que je ne pouvais plus bouger mais soudain une pensée me vint à l’esprit :

Jeanne, où était-elle ? Que faisait-elle ? Et est-ce qu’elle savait quelque chose de tout ça ?

Je courus vers la salle à manger, rien puis dans la salle de bain et c’est là que je l’y trouvai, elle était en train de se brosser les cheveux !

 

 

 

Le journal d’une héroine partie n°5 23 janvier 2015

Posté par maelie6027 dans : Journal d'une héroine , ajouter un commentaire

-       Moi j’ai aussi 15 ans et tu te débrouilles très bien en cheval.

-       Merci, c’est très gentil de ta part mais je crois qu’il se fait tard on devrait rentrer tu ne pense pas ?

-       Tu as raison, rentrons.

Arrivée chez moi, j’aperçois Jeanne assise sur le canapé en regardant la télé. Dès qu’elle me vit, elle me sauta dessus et me posa milles question sur mon rendez-vous avec William. Après lui avoir raconté ma soirée en détails, je suis allée me coucher en repensant à tout ce qu’il m’avait dit. Ce matin, en me réveillant, j’ai trouvé un paquet posé au bout de mon lit, pensant que s’était de la part de Jeanne, je l’ouvrit et je découvris un chapeau, il était magnifique ! J’ai sauté de mon lit pour aller embrasser Jeanne mais quand elle me vit courir vers elle comme ça, elle ne compris pas et se précipita vers moi pour me demander ce qu’il y avait. Quand j’entendis sa question, je fus très surprise mais j’ai pensé qu’elle voulait me faire une surprise alors je lui ai sauté au coup puis elle répliqua :

-       Mais qu’est-ce que tu fais enfin, qu’est-ce qui t’arrive ?

-       Bah…euh…je voulais juste te remercier pour le chapeau. Mais elle me regarda si bizarrement que je compris enfin : c’est William qui m’avait offert ce chapeau  parce que je lui avais dit que je les aimais beaucoup ça m’a fait un coup mais Jeanne commença directement à me poser pleins de questions et je n’ai pas pu aller le remercier tout de suite. Cet après-midi, j’ai décidé d’emmener William à la plage et ne me demander pas ce qu’il m’a répondu. J’avais choisi un maillot de bain deux pièces à fleurs e nous nous trouvions sur la plage en train de bronzer sur un serviette, c’était vraiment super mais tout d’un coup, je vis la tête de mon frère à travers mes lunettes…

-       Quesque tu fais là Antoine ? Tu ne devais pas aller au musée de l’art de la préhistoire ?

-       Tu me vois en train d’admirer des dessins sur des parois de grottes ?

C’est vrai que mon frère n’adorais pas les musées mais ça m’étonnais qu’il soit à la plage.

Suite dans le prochain épisode…

Le journal d’une héroine partie n°4 15 janvier 2015

Posté par maelie6027 dans : Journal d'une héroine , ajouter un commentaire

Finalement, après des heures d’essayages, j’ai mis un pantalon d’équitation et un chemisier rose pâle. Je suis donc allée à la plage mais je n’y ai pas trouvé ce garçon mais j’y ai trouvé un mot disant :

RETROUVE-MOI DEVANT LE BISTROT

Je suis allée devant le bistrot et là, se trouvait ce garçon si bien habillé. IL avait mis un costard cravate, trop chou !!!! Je n’arrivais toujours pas à croire que c’était moi qu’il attendait. Nous sommes allé à l’écurie pour chercher les chevaux puis nous avons commencé la ballade, c’était super ! Il a commencé la conversation en disant :

-       Au fait, je m’appelle William et je te trouve très discrète avec moi, parle moi de toi.

C’est vrai, mais lui est trop indiscret ! En fait il commençait à être un peu énervant mais je lui répondis quand même.

-       J’ai 15 ans et toi ?

-       Moi j’ai aussi 15 ans.

Le cheval de Laria partie n°2 12 janvier 2015

Posté par maelie6027 dans : Le cheval de Laria , ajouter un commentaire

Aujourd’hui, je me suis levée très tôt pour m’entrainer avec mon cheval Filou. Sans lui, l’équitation ne serai pour moi qu’un sport. Je me suis entrainée jusqu’à ce que ce soit l’heure de manger le repas de midi. Je n’avait pas très faim mais je me suis laissé emporter  par tous les conseils que me donnait mon père même si ce n’était pas très légal. Je suis arrivée sur place à midi, j’ai pique-niqué et je suis allée rejoindre les autres filles. Bizarrement, il n’y avait aucun garçon dans la compétition. Il n’y avait qu’une seule fille avec laquelle je ne m’était pas liée d’amitié: Cathy, elle était toujours entourée de fans et je n’ai pas pu l’approcher.

Le cheval de Laria 11 janvier 2015

Posté par maelie6027 dans : Le cheval de Laria , ajouter un commentaire

Au fin fond de l’Australie, habitait une jeune fille appelée Laria qui avait une passion : l’équitation elle s’entrainait très dure chaque jour pour essayer de gagner au grand concour que son beau-père organise chaque année.

Noms Ages Date du concour
Laria 14 12/01/15
Clémence 13 12/01/15
Queen 12 12/01/15
Jessica 13 12/01/15
Pauline 14 12/01/15
Carla 14 12/01/15
Laïla 14 12/01/15
Violaine 13 12/01/15
Appoline 12 12/01/15
Cathy 15 12/01/15
Kiara 12 12/01/15

 

Lors de ce concour, il y aura 3 manches,la premières, 5 seront éliminées puis 4 à la seconde et enfin 1 à la dernière, a annoncé mon beau-père lors de son discours.

Aujourd’hui, on est le 11 janvier 2015 et demain ce sera le grand jour. Je dois prendre des forces donc je me couche tôt en pensant à tout et n’importe quoi puis je m’éfondre, assomée par la fatigue.

le journal d’une héroine partie°3

Posté par maelie6027 dans : Journal d'une héroine , ajouter un commentaire

Je me prélassais dans mon fauteuil quand soudain, devant moi, j’ai vu le plus beau garçon du monde… Sous mes yeux ébahis, se trouvait Gail Jones, le garçon le plus craquant de toute la plage je me rendis soudain compte que j’étais en train de le fixer, je rougis. Dans ma tête mes pensées se bousculaient, je ne savais pas quoi dire donc je m’enfuis en courant extrêmement embarrassée.  Quand je suis arrivée à l‘Hôtel, ma mère m’a bien sûr demandé pourquoi j’étais essoufflée à ce point mais à ce moment là arriva Gail. Je ne pouvais que lui parler car j’étais coincée, d’un coté il y avait ma mère qui souriait, de l’autre Gail et Jeanne derrière lui qui me lança  un regard interrogateur. Je ne parvins pas à parler mais c’est Gail qui prit la parole :

-       Je ne t’avais jamais vue sur la plage avant mais quand j’ai voulu me présenter, tu t’es enfuie, alors je t’ai suivie et maintenant j’aimerais que nous devenions amis.

Il parlait avec douceur ce qui me fit rougir jusqu’aux oreilles mais je répondis quand même :

-       Je suis sincèrement désolée mais j’étai tellement intimidée et impressionnée que j’ai pris peur et je suis partie. Je m’appelle Léa Rangers et je suis venue en vacances ici et toi je suppose que tu es Gail Jones. Tu dois avoir du succès sur toute la plage.

-       Non pas vraiment en fait, je ne suis pas Gail Jones mais tu me trouves aussi craquant que ça ?

-       A vrai dire …

-       Tu n’as pas à avoir peur, tu veux aller faire une ballade ce soir à dos de cheval au bord de la plage ? Comme ça, on pourra faire  connaissance.

J’avais peur mais j’étais en même temps soulagée de savoir qu’il n’y avait pas toujours un attroupement de fille autour de lui. Je n’arrêtais pas de me demander ce que j’allais mettre pour ce soir. Heureusement que Jeanne était là sinon je n’aurais pas survécu ? Nous nous sommes

les fils de Aaron partie n°2

Posté par maelie6027 dans : Les fils de Aaron , 2 commentaires

Après des années passées à supporter des morts, Natos décida de s’évader de l’enfer et d’aller vivre sur le terre ferme où il trouva un refuge chez un paysan et s’y abrita pendant de nombreuses années. Il se maria avec la fille d’un roi et devint riche, le roi lui offrit un palais et des gardes à Navis. Pendant ce temps là, Artos restait en enfer en menant une vie solitaire pleine de chagrin car malgré sa méchanceté envers son frère, il l’aimait beaucoup et quand il su que ce dernier s’était marié et avait un palais, il entra dans une colère immense et ordonna à tous ses gardes de le retrouver. Cependant, Natos s’était douté de quelque chose et mit à l’abri sa famille et ses proches, décidé à ne pas revenir en enfer. Arrivés à Navis, les gardes cherchèrent Natos en prétendant venir lui donner un cadeau de la part de Artos à Natos.

 

partie n°2 le journal d’une héroine

Posté par maelie6027 dans : Journal d'une héroine , ajouter un commentaire

Après avoir supplié ma mère pour partir en vacances durant toute la dernière semaine de l’année 2014, elle a accepté qu’on parte, moi, mon frère, elle et Jeanne au bord de la mer. Le jour J, tout le monde était excité de partir, nous avions dû préparer toutes nos valises la veille et ça avait duré très longtemps. Bon enfin voilà quoi donc je disais, en partant nous sommes allés chercher Jeanne chez elle après être retournés à la maison parce qu’Antoine, mon frère, avait oublié sa Nintendo 3DS qui, pour lui, signifiait « toute sa life ». Nous sommes enfin partis au bout de 20 minutes (le temps que ma mère discute avec la mère de Jeanne). La route  a été longue mais on est enfin arrivés au bout de 3h. Nous étions tous très impatients jusqu’à ce qu’on rencontre la tante Brigitte qui, elle aussi, passait ses vacances ici. Elle venait tout juste d’arriver donc nous sommes allés voir nos chambres ensemble. Je partageais ma chambre avec Jeanne, on a vidé nos valises puis on a joué aux cartes. En début d’après midi, on est allés se baigner à la plage pendant que ma tante faisait bronzette sur le transat qu’elle s’était approprié.

12

Metaphysique |
Famillerecompose |
Coincescheznous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | outlander
| Delphinegoiset
| Eqrilibre